J'écris ton nom, Libertaire

série sur l'anarchisme

Version intégrale

Les anarchistes. Qui sont-ils ? Que mangent-ils, que pensent-elles ? Où vivent-ils, à quoi rêvent-elles ?

S’il est une famille politique méconnue, caricaturée, voire criminalisée, c’est bien la leur. On les imagine, comme dans les unes des journaux à sensation du XIXème siècle, en terroristes mal rasés lançant des bombes aux terrasses des cafés. On ne les perçoit qu’à travers ces images des jeunes gens encagoulés qui, vêtus de noir, au milieu des gaz lacrymogènes, lancent des pavés sur la police.

Il y a ça. Ce que l’on pense voir et savoir d’eux. Et ça fait peur ! Et il y a le reste : une galaxie de militant.e.s pacifistes et invisibles. « Y en a pas un sur cent, et pourtant, ils existent, les anarchistes ! », chantait Ferré. Les anars’, comme on les appelle, sont là, un peu partout, occupés à construire un monde libéré de toute forme d’autorité illégitime, luttant contre toutes les dominations. Sans dieu (quoique) et, surtout, sans maîtres.

Féministes, écolos, no borders, zadistes, punks, femmes et hommes, jeunes et moins jeunes, de la vallée de la Roya jusqu’aux montagnes du Rojava, de Notre-Dame-des-Landes aux ruelles du Vieux Nice, ils et elles s’investissent dans la vie de la cité, loin des clichés qui continuent à les poursuivre.

Les gilets jaunes, cependant, en reprenant (souvent sans le savoir) une partie de leurs théories, telles celles du municipalisme de l’écolo-libertaire Américain Murray Bookchin (qui fut aussi l’inspirateur du Kurdistan), ont donné récemment une visibilité certaine aux idées anarchistes qui demeurent encore néanmoins massivement méconnues.

Ni utopistes coupés du monde, ni idéalistes violents, ni militants fanatiques (même s’il y en a, bien sûr), oubliez tout ce que vous pensiez savoir sur les anars’.

Nous leur avons donné la parole. Figures connues, comme Pinar Selek, ou activistes de l’ombre, de la frontière franco-italienne aux rangs des gilets jaunes, ils et elles nous ont dit ce qu’était, pour eux, l’anarchie ; son histoire, son devenir. Et leur attachement à ce qui est pour eux le cœur de toutes leurs luttes : la liberté.

Et peut-être même que vous allez vous rendre compte que, toutes ces années, vous étiez anarchistes sans le savoir ?

Episode 1 : Le pouvoir ? Non merci !

Dans ce premier épisode, nous abordons la question des moyens d’action, et du pouvoir : à quelle échelle agir ? Pour quelles fins ? Une chose est sûre : pour les anars’, pas question de s’imposer à la tête de quoi et de qui que ce soit, encore moins par la violence. Ce qui n’en empêche pas certain.e.s de se prêter au jeu électoral, à échelle locale.

Avec Philémon, Stéphane, Jérémy, Jean-Noêl, un écolo et municipaliste libertaire, et Edwin, un anarchiste qui milite au sein de de la France Insoumise (mais oui !) et qui vient un peu nous expliquer son point de vue et nous causer de démocratie directe.

Episode 2 : Vivre ensemble, sans Dieu (quoique), sans maîtres et sans chefs ?

Dans ce deuxième épisode, on passe aux cas pratiques : comment co-exister sans hiérarchie ? Est-ce même possible ? Il semble bien que oui ! Et d’ailleurs, vivre sans chefs et en bonne entente, les anars’ le font déjà sans rien demander à personne, créant des collectifs, et participant utilement à la vie de cette société sans qu’il leur soit besoin de recevoir des ordres.

Avec Philémon, Stéphane, Jérémy, Renaud, Zimo qui demande que le pouvoir nous laisse tranquille, Mahault, jeune chrétienne anarchiste (il y en a !), qui nous parle un peu de religion sans hiérarchie, et Loïc d’Emmaüs-Roya qui nous parle de comment gérer un camp d’accueil de réfugié.e.s.

Episode 3 : La Commune n’est pas morte !

Dans ce troisième épisode, nous parlons du modèle de société voulu par les anars’. Des sociétés horizontales étudiées par les anthropologues jusqu’aux communes libres en passant par la Commune de Paris, l’anarchisme, c’est un projet collectif et antiautoritaire réalisé ici et maintenant, fonctionnel, et où l’on considère que chacune et chacun a sa part à donner à la société.

Avec Philémon, Stéphane, Jérémy, Virgile, qui nous présente sa communauté anarchiste de la Roya, Renaud, Olivier qui va nous faire quelques utiles rappels historiques, et Pierre, l’un des rédacteurs de l’appel de Saint-Nazaire, qui évoque son expérience au sein des gilets jaunes.

Episode 4 : Vers une insurrection libertaire mondiale ?

Dans ce quatrième épisode, nous abordons une question d’actualité : en France, au Liban, au Chili, en Équateur, sur tous les continents, le peuple gronde, se soulève et s’auto-organise. Tandis que le Kurdistan autonome attire sur lui les projecteurs des diplomaties mondiale, ne faudrait-il pas y voir un grand retour de l’anarchie à l’échelle du monde ?

Avec Philémon, Stéphane, Jérémy, Pierre, Olivier, Pinar Selek qui nous parle des luttes du Rojava, et Geneviève Legay qui depuis Chambéry, où nous l’avons suivie, vient nous faire un petit coucou et nous parler du respect de l’uniforme.

Episode 5 : La pensée du XIXème siècle ?

Dans ce cinquième et dernier épisode, nous nous demandons si la pensée libertaire, et plus encore l’un de ses pendants, l’écologie sociale, encore rarement mise en pratique à grande échelle dans nos sociétés, ne serait pas la terra incognita du siècle à venir, la seule piste souhaitable face au risque d’un grand remake avant le game over… Le feu est déjà là : il ne reste qu’à l’entretenir, et à l’agrandir.

Avec Philémon, Stéphane, Jérémy, Pierre qui parle de passions joyeuses contre les pulsions tristes du néolibéralisme, et Pinar Selek.

  • Facebook Clean
  • YouTube Clean
  • Twitter Clean
  • Vimeo Clean
  • SoundCloud Clean